De la mintonette à la plus grande ligue scolaire de volleyball au Québec

0

Dans le cadre du 50e anniversaire du RSEQ Montérégie, nous présentons cinq reportages sur les disciplines sportives qui ont marqué l’histoire de l’organisation. Ce mois-ci, nous souhaitons vous faire connaitre l’évolution du volleyball scolaire en Montérégie.

Le volleyball a fait partie des premières disciplines offertes par la nouvelle Association régionale du sport scolaire Richelieu (ARSSR) en 1969. Sans tarder, deux équipes juvéniles représentant la région ont participé au premier championnat provincial, à Hull, le 4 avril 1970. Douze instances régionales sur les 14 étaient représentées. Cette compétition provinciale s’est conclue par un banquet présidé par le délégué du ministère de l’Éducation, M. Paul Ohl, responsable du sport scolaire.

Un aperçu du championnat provincial de 1973 (Le Nouvelliste)

En 1981-1982, on comptait 55 équipes cadettes et juvéniles, regroupant 550 joueurs dans les ligues du Richelieu. Le championnat de fin de saison a été organisé conjointement avec la finale régionale des Jeux du Québec.

La participation grandissante des écoles a amené l’Association à créer quatre sections en 1987-1988: Sud-Est, Sud-Ouest, Chambly et South Shore.

Les joueurs benjamins ont pu intégrer les ligues de volleyball à compter de de la saison 1988-1989. Puis, avec un nombre d’équipes de différents calibres de jeu, en 2007-2008, les écoles ont assisté à l’implantation de la division «A» en cadet et juvénile féminin. Le développement du volleyball féminin s’est poursuivi en 2008-2009 avec la création de la ligue en benjamin «A».

Des activités spéciales
La «Classique de volleyball étudiant» a vu le jour le 19 novembre 1983 grâce à l’initiative de l’Association régionale du sport étudiant Québec . Le tournoi mettait en vedette près de 850 athlètes provenant des trois secteurs: scolaire (cadet), collégiale et universitaire. Soixante-neuf équipes ont pris part aux 300 parties prévues sur 18 courts, réparties dans six écoles de la région. Quarante-cinq officiels et une centaine de bénévoles ont été nécessaires pour assurer le bon déroulement des 12 heures de compétition.

À l’instar des événements provinciaux, l’Association a elle aussi présenté sa Classique à compter de 1989. Lors de la première édition, plus de 220 joueurs de catégories cadette et juvénile y ont participé. La compétition servait de qualification pour le tournoi provincial. Les derniers matchs dans le cadre de cette classique automnale ont eu lieu en 2013.

Certains joueurs ont eu la chance de participer aux matchs des étoiles à compter de 1991. Quatre parties étaient au programme de la journée dans les catégories cadette et juvénile. Dans certaines éditions, les joueurs étoiles étaient confrontés à la meilleure équipe de la catégorie. Malheureusement, le taux de participation a considérablement diminué au cours des années et l’activité avait perdu de son lustre. Les dernières parties des étoiles ont eu lieu en 1994.

De  nouvelles propositions
Dans le but d’augmenter la participation chez les benjamines, l’Association a proposé une formule de jeu 4 X 4 pour la saison 2004-2005. Aux dires de la directrice générale, Sylvie Cornellier, l’expérience n’a pas été concluant et le projet n’a duré qu’un an. Dans le même ordre d’idées, à la demande du RSEQ, cette formule a été proposé du côté des garçons en 2013-2014. L’idée est restée lettre morte pour les équipes de la Montérégie.

Le RSEQ a souhaité mettre sur pied une ligue provinciale de calibre AAA en 1989. Toutefois, les écoles n’étaient pas prêtes à voyager autant. Le championnat provincial dans la catégorie juvénile a donc permis aux huit meilleures équipes de s’affronter pour la grande finale de la saison. Par ailleurs, la ligue d’excellence D1 a vu le jour à la saison 2015-2016.

Une croissance fulgurante
Le volleyball scolaire en Montérégie n’a cessé de croitre. Au début des années 80, on dénombrait 550 participants. Dix ans plus tard, le nombre de joueurs s’élevait à 1221. Début des années 2000 : point tournant en volleyball en ce qui concerne le taux de participation. L’an dernier, un sommet inégalé de 2345 volleyeurs ont participé aux activités du réseau pour en faire la discipline #1 de la région.

Sylvie Cornellier

La directrice générale du RSEQ Montérégie, Sylvie Cornellier, n’est pas surprise de l’évolution et de l’engouement du volleyball dans la région.

«Nous avons toujours été proactifs. Nous avons répondu aux besoins de nos membres, tant sur le plan compétitif que récréatif. Grâce à des intervenants passionnés, la flamme du volleyball est toujours demeurée vive dans nos écoles», a-t-elle raconté.

Des enjeux toujours d’actualité
Avec une participation grandissante à travers toute la région, l’enjeu de l’arbitrage est rapidement survenu. Le nombre d’officiel n’a pas suivi avec la progression du bassin de joueurs et des équipes. Les années 2000 à 2003 ont été les plus touchées. Considérant la hausse fulgurante des activités en gymnase, la problématique de la disponibilité des plateaux a causé bien des soucis aux organisateurs.

Une présence remarquée aux championnats provinciaux
Les équipes de la Montérégie se sont toujours bien démarquées sur la scène provinciale. Les succès n’ont d’ailleurs pas tardés. Les années 80 ont donné lieu à de fréquents podium pour les athlètes de la région.

«Cette région se présente annuellement aux finales provinciales avec des équipes des plus représentatives et qui vogue cette année de victoires en victoires» – La Tribune, 14 avril 1980, p.C3.

D’après La Presse, une saine rivalité régnait au début des années 80 entre les équipes du Richelieu et celles de l’Abitibi-Témiscamingue lors des championnats provinciaux. Il s’agissait de deux «éternels rivaux» (La Presse, 10 avril 1981, p.11 et La Presse, 15 avril 1982, p.12).

À cette époque, des honneurs individuels étaient même décernés lors des provinciaux. Par exemple, deux médaillés d’or de l’édition 1981, Stéphane Kelly et Bruno Ouellet (Pol. Marcel-Landry) ont été reconnus pour leur excellence en défensive.

Reportage du Courrier de Saint-Hyacinthe sur les championnats provinciaux de 1987

Remarquez la présence de Jean-Louis Portelance, en haut, à gauche (Courrier de Saint-Hyacinthe, 1987, p.100)

L’histoire du volleyball a été marqué par la présentation des Jeux scolaires de 1988, l’unique moment du sport scolaire où tous les championnats provinciaux ont été regroupés. Plus de 3500 jeunes ont participé à dix disciplines lors des festivités du 20e anniversaire de la Fédération du Sport étudiant. La Montérégie a mérité la médaille d’or en volleyball.

Les athlètes juvéniles ont eu le privilège pendant bien des années de participer seuls au championnat provincial. En effet, les joueurs cadets ont rejoint la compétition en 1989 et les benjamins 1990.

Publiée dans La Tribune, le 23 avril 1990, en page D5

Plus récemment, la Montérégie a obtenu sept médailles lors de la compétition provinciale en 2017-2018. De 2015 à 2017, les volleyeurs montérégiens ont monté sur le podium à 12 occasions. Les écoles vedettes de cette période fastes sont: le Collège Français, l’école secondaire De Mortagne, le Collège Durocher Saint-Lambert, l’école secondaire Joseph-Hermas-Leclerc et le Collège Jean de la Mennais.

L’an dernier, l’école secondaire De Mortagne a terminé les provinciaux avec deux médailles d’or et une médaille de bronze.

Par ailleurs, l’histoire révèle que plusieurs équipes de la région ont participé et remporté des championnats canadiens.

Liste des champions provinciaux

Une discipline populaire au primaire
La première édition du tournoi destiné aux élèves du secteur primaire a eu lieu en 1995. Par la suite, le mini-volley a évolué sous diverses formes: tournoi, festival, championnat régional et manifestations sportives dans les commissions scolaires. En 2017-2018, l’activité a atteint un sommet avec la participation de 88 équipes et 566 joueurs. On affichait complet pour les deux journées de compétition!

Du volleyball baudruche en sports inclusifs
Depuis 2014, le RSEQ Montérégie offre le volleyball baudruche auprès des jeunes ayant une limitation fonctionnelle (auditive, motrice, intellectuelle, langagière, visuelle ou encore du spectre de l’autisme). De chaque côté d’un filet, deux équipes se renvoient un ballon à la main et à la volée. Gonflé à l’air, le ballon est plus léger et facilite sa réception et son envoi. L’objectif est de faire tomber le ballon dans la zone de jeu de l’adversaire. Une cinquantaine d’élèves-athlètes y participent chaque année.

Les pieds dans le sable
Le tournoi de volleyball de plage est apparu en 2003. Au fil des ans, plusieurs formules ont été proposées aux élèves-athlètes: 2 x 2, 3 x 3, 4 x 4, masculin, féminin et mixte. En 2010, 179 équipes étaient inscrites à l’événement. Un record. Avec la demande grandissante, le RSEQ Montérégie a dû créer, l’an dernier, deux divisions bien distinctes (D2 & D3).

Des intervenants engagés
Plusieurs personnes ont permis au volleyball de se développer en Montérégie. Pensons particulièrement à Jean-Pierre Roy et Christian Morin, deux piliers de la discipline en région. Et n’oublions pas l’apport considérable de Carolyn Freeman dans l’organisation des activités de la section South Shore pendant plusieurs années.

Le premier comité technique de volleyball de l’ARSER a été formé en 2001-2002 avec la participation de Jean-Louis Portelance, Robert Poissant et Alain Pelletier. Le rôle de ce comité était d’analyser, d’intervenir et de réfléchir sur l’avancement de la discipline dans le réseau de la Montérégie.

Des joueurs au parcours impressionnant
Carmen Plante, du Collège Jean de la Mennais, a marqué l’histoire du volleyball étudiant par ses performances incroyables. La liste de ses exploits est impressionnante. Elle a fait partie de l’équipe junior nationale en 1988 et a été capitaine de l’équipe du Québec aux Jeux du canada en 1989. Porte-couleur des Carabins de l’Université de Montréal, elle a été nommée recrue de l’année et sur l’équipe d’étoiles FQSE en 1991. Ses succès se sont poursuivis lors de la saison 1993. Elle a été nommée joueuse par excellence au niveau québécois en plus de faire partie de la deuxième équipe d’étoiles sur le plan canadien. En 1993-1994, Carmen a connu la consécration avec le titre de joueuse par excellence universitaire au Québec et elle a été sélectionnée sur les équipes d’étoiles de la FQSE et SIC.

Frédéric Mondou, du Collège Français, a lui aussi laissé sa marque. Il a remporté la médaille d’or aux Jeux de la Francophonie en 2005, puis a fait partie de l’équipe nationale junior en 2009. Frédéric a atteint les plus hauts sommets en 2013 lorsqu’il a remporté le championnat universitaire canadien avec le Rouge & Or de l’Université Laval. Nommé joueur par excellence du circuit, il a été également choisi sur l’équipe étoile du RSEQ et du SIC.

À propos du RSEQ Montérégie
Le RSEQ Montérégie (Réseau du sport étudiant du Québec)  est un organisme sans but lucratif qui regroupe l’ensemble des établissements d’enseignement affiliés de la région Montérégie.

Engagée dans la promotion du sport à l’école auprès des 340 écoles primaires et 80 écoles secondaires, notre instance régionale encourage les établissements à mettre en place une offre de services sportifs parmi ses 18 disciplines. Elle coordonne, entre autres, plus de 1300 équipes et 25 championnats pour les 22 000 étudiants-athlètes de notre réseau.

Comments are closed.

Historique
C’est en 1984 que la Fédération du sport scolaire met sur pied le Gala d’excellence du sport scolaire pour souligner la contribution des intervenants du milieu.  À partir de 1987, les catégories ont peu à peu été modifiées pour accorder davantage d’importance aux mérites sportifs et scolaires des élèves athlètes.  Quant à  l’éthique sportive, elle figure au menu des récompenses depuis 1991.

Dans les premières années du gala, on remettait un ACTI aux lauréats. Ce trophée reproduisait le logo de Fédération du sport scolaire, symbolisant un enfant en mouvement, bras ouverts.  Peu après le regroupement des secteurs scolaire, collégial et universitaire, qui a mené à la création de la Fédération québécoise du sport étudiant, un nouveau trophée a été conçu.  C’est ainsi que le Sablon a été créé, en l’honneur du Père Marcel de la Sablonnière. Le Sablon est une œuvre en bronze conçue par l’artisan Jacques Lupuyo.  Il a été remis pour la première fois aux lauréats du gala en 1990.

Le Père Marcel de la Sablonnière
Le Père Marcel de la Sablonnière, ou le Père Sablon, comme l’appelaient ses amis, fut un précurseur des premières actions d’activités physiques et sportives en milieu d’éducation.  En 1945, la ligue intercollégiale de hockey fut l’une de ses premières réalisations.  Il a toujours eu pour rêve de s’occuper des jeunes et de les encourager dans leurs études par l’entremise de la pratique de l’activité physique et du sport. Il ne pouvait y avoir un meilleur modèle pour inspirer le trophée que le Sport étudiant remet à ses lauréats.

Athlétisme
Badminton
Ballon sur glace
Baseball
Danse sportive
Escalade
Escrime
Flag-football
Flag-rugby
Futsal
Golf
Gymnastique
Hockey cosom
Intercrosse
Judo
Karaté
Kin-ball
Minibasketball
Minihand
Minivolley
Natation
Patinage
Patinage de vitesse
Planche à neige
Ringuette
Ski de fond
Sports cyclistes (février 2020)
Tennis
Tir à l’arc (mars 2020)
Triathlon/Duathlon
(Les activités proposées sont adaptées à la réalité d’un gymnase. La piscine n’est pas obligatoire.)

Ultimate frisbee

Félicitations à nos écoles certifiées pour l’année scolaire 2018-2019

Commission scolaire des Grandes-Seigneuries
École Saint-Jude
École Vinet-Souligny
École secondaire St-François-Xavier

Commission scolaire des Hautes-Rivières
École de Ramezay
École Hamel
École des Prés-Verts

Commission scolaire Marie-Victorin
École de La Mosaïque
École des Saints-Anges
École Samuel-de-Champlain
École secondaire Jacques-Rousseau
École secondaire André-Laurendeau

Commission scolaire de Saint-Hyacinthe
École Au Cœur-des-Monts

Commission scolaire du Val-des-Cerfs
École de la Haute-Ville
École Eurêka
École Saint-Joseph (Granby)

Commission scolaire des Patriotes
École Au Fil-de-l’Eau
École de Bourgogne
École Jolivent
École Le Tournesol
École secondaire du Grand-Coteau
École secondaire Le Carrefour

Institutions privées
Collège Charles-Lemoyne
Collège Durocher St-Lambert
Collège Français (primaire)
École Vision
La Petite Académie du Boisé

Des modifications aux règlements

Dans les premières années, le temps de jeu en benjamin se présentait comme suit : quatre quarts de huit minutes. Le premier et le troisième quart étaient non chronométrés tandis que le deuxième et le quatrième quart étaient chronométrés. Cette règle était encore en fonction en 1995-1996. La défense homme à homme était obligatoire pour les benjamins et les cadets.

Par ailleurs, la règle des 30 secondes a été appliquée, à l’essai dans la catégorie juvénile, lors de la saison 1982-1983. Le temps de jeu des joueurs juvéniles était composé de deux quarts de 20 minutes non chronométrées, sauf dans les deux dernières minutes de la partie, avec le temps arrêté aux lancers francs.

En 1991-1992, en juvénile, seule la défense homme à homme devait être appliquée en 1re demie. Lors du second engagement, les équipes pouvaient utiliser la stratégie défensive de leur choix.

D’autres modifications importantes aux règles de jeu sont survenues : le chronomètre de lancer de 30 à 24 secondes; un maximum de huit fautes par demie donnait un lancer franc. Si le lancer était réussi, le joueur obtenait un 2e tir. Puis, pour dynamiser le rythme de la partie, la possession alternée a remplacé les entre-deux.

Plus récemment, les lignes de terrain ont été modifiées (2011) et la règle du 14 secondes au rebond offensif a été mise en place en 2014.

Gymnastique - 1971

La Revue de Terrebonne, jeudi 6 mai, 1971, page 15

Gymnastique - 1977

La Presse Rive-Sud, mardi 17 mai 1977, page 27

Gymnastique - 1997

La Presse Rive-Sud, jeudi 5 mai 1977, page 18

Badminton - 1977

La Presse Rive-Sud, jeudi 5 mai 1977, page 19

Graham Neil est l’auteur d’un ouvrage de référence en handball (1976).

Équipe masc handball

L’équipe olympique masculine de 1976.

Équipe

L’équipe féminine olympique de 1976.

Christian Latulippe, entraineur de l’équipe nationale féminine des États-Unis et de la formation masculine de Grand Poitiers, en France.

Des résultats publiés le 2 janvier 1979 dans La Presse Rive-Sud à la page 14

Le Nouveau Clairon, 16 avril 1975, page 10

Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 4 mai 1977, cahier E

Michel Charron

Formulaire de demande de modification aux règlements

Mintonette

Le basketball et le volleyball sont inventés, avec un an d’écart, à l’Université de Springfield (Massachusetts, États-Unis). En 1895, observant le développement du basketball, William G. Morgan décide de mettre au point un sport plus accessible aux personnes plus âgées. Il appelle ce sport «Mintonette», mais, très vite, un professeur fait observer que le ballon est volleyé par-dessus le filet… et le sport est rebaptisé volleyball!

https://www.olympic.org/fr/volleyball

Championnat provincial d'athlétisme extérieur
Année Position au classement combiné
1969 1er
1970 N.D.
1971 N.D.
1972 2e
1973 2e
1974 3e
1975 1er
1976 5e
1977 3e
1978 7e
1979 2e
1980 2e
1981 3e
1982 1er
1983 2e
1984 1er
1985 1er
1986 1er
1987 3e
1988 2e
1989 1er
1990 1er
1991 1er
1992 1er
1993 1er
1994 1er
1995 1er
1996 1er
1997 1er
1998 1er
1999 1er
2000 1er
2001 1er
2002 Championnat annulé
2003 1er
2004 1er
2005 1er
2006 2e
2007 1er
2008 1er
2009 1er
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 2e
2018 1er
2019 1er
2020 Championnat annulé

Championnat provincial d'athlétisme en salle
Année Position au classement combiné
1991 N.D.
1992 2e
1993 4e
1994 N.D.
1995 5e
1996 8e
1997 N.D.
1998 7e
1999 8e
2000 7e
2001 N.D.
2002 5e
2003 2e
2004 5e
2005 4e
2006 2e
2007 1er
2008 1er
2009 1er
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 Championnat annulé
2018 1er
2019 2e
2020 Championnat annulé

Championnat provincial de cross-country
Année Position au classement combiné
1972 3e
1973 2e
1974 N.D.
1975 N.D.
1976 5e
1977 5e
1978 6e
1979 3e
1980 5e
1981 4e
1982 N.D.
1983 1er
1984 4e
1985 1er
1986 2e
1987 4e
1988 2e
1989 2e
1990 3e
1991 1er
1992 1er
1993 1er
1994 2e
1995 1er
1996 1er
1997 1er
1998 1er
1999 1er
2000 2e
2001 1er
2002 1er
2003 1er
2004 1er
2005 1er
2006 2e
2007 2e
2008 N.D.
2009 2e
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 1er
2018 2e
2019 3e

Archives de la Ville de Montréal, 1969

Selon les données du RSEQ

Selon les données du RSEQ