Le football, c’est aussi ça la vie!

0

Un billet de Marie-Hélène Gagnon, St-Césaire

Voilà bientôt près de 15 ans que je m’occupe d’une équipe de football. Les gens pourraient croire, à tort, que c’est parce que je suis une maniaque du sport, mais ce n’est pas du tout le cas. Alors qu’est-ce qui m’attire autant dans ce sport pour que je sois convaincue que c’est un des meilleurs sport d’équipe qui existe?

Le football nage à contre-courant avec ses valeurs dans le monde d’aujourd’hui. Dans un monde où l’individualisme est encouragé, le football détonne. Le football est le gardien de valeurs essentielles à notre société; des valeurs telles que la persévérance, la détermination, la coopération, l’entraide, la solidarité, l’esprit d’équipe, le respect, le sens de l’organisation, la résolution de problème, le don de soi.

Dans un monde où tout va vite, les jeunes passent souvent beaucoup d’heures devant la télévision et les jeux vidéo, ils ne jouent plus dehors, voient peu leurs amis en dehors de l’école, sont souvent surprotégés par leurs parents qui ont peur qu’ils se fassent mal. Le football arrive avec une toute autre philosophie.

Le football prépare les jeunes à affronter la vie. La persévérance est ce qui leur permettra de réussir leurs études et de faire un métier qu’ils aiment. La détermination est ce qui leur permettra d’avancer toute leur vie et de surmonter les obstacles. La coopération facilitera les relations dans tous les travaux d’équipes, que ce soit scolaire ou au travail. L’entraide fera d’eux une meilleure personne qui se soucie des autres et qui ne ferme pas les yeux sur la misère.

Au football, les jeunes apprennent à fonctionner ensemble. Sur un terrain, il n’y pas 12 joueurs, il y a une équipe. Une équipe qui avance ensemble où chacun sait qu’il doit bien exécuter sa tâche afin tous puissent réussir. C’est aussi le don de soi; avoir pratiqué autant que les autres mais accepter de laisser sa place à un joueur qui exécute mieux la tâche lors d’une partie. Lorsque qu’un joueur ne réussit pas l’exécution de sa tâche et qu’il va consulter son entraîneur afin de pouvoir enfin réussir, c’est de la résolution de problème. Apprendre à respecter ses entraîneurs pour tout le temps qu’ils leur accordent, donner la main pour relever le joueur adverse et le féliciter, redonner le ballon à l’arbitre et lui dire «merci monsieur». Tout cela contribue à faire de lui un meilleur citoyen.

«L’important, c’est de participer», cette phrase n’a pas sa place au football comme elle n’a pas sa place dans la vie de tous les jours. Est-ce qu’on dit à un élève «tu es en échec dans plusieurs matières mais l’important c’est que tu sois venu à tous les jours à l’école» ou à un employé «tu n’as fait aucune production cette semaine mais l’important c’est que tu sois venu travailler tous les jours»? Dans notre société actuelle, nous sommes portés à féliciter les jeunes pour tout et pour rien, pas besoin d’avoir produit un effort, juste d’avoir été là suffit mais pour réussir dans la vie, il faut plus, il faut travailler, fournir beaucoup d’effort et toujours chercher à se dépasser afin de s’améliorer.

Le football a mauvaise presse avec les commotions cérébrales, mais beaucoup d’efforts ont été faits afin d’en réduire le nombre ainsi que les séquelles. Aussitôt que l’on se lève de son divan, on augmente les risques de blessures. Les statistiques prouvent hors de tout doute que porter un casque en vélo donne la chance de vous sauver la vie ou d’éviter des séquelles graves suite à une chute… combien de gens portent un casque? Prendre des risques, ça fait aussi partie de la vie.

Alors c’est un peu pour tout cela que je crois que le football est un des meilleurs sports d’équipe, il y a très peu de sport qui réunissent autant de belles valeurs et d’outils pour contribuer à réussir sa vie. Le football, c’est aussi ça la vie!

Comments are closed.