Une question d'équilibre

«Développer une certaine proximité tout en conservant une distance et sans abuser de votre pouvoir. Être capable de souplesse et de fermeté dans le respect»

 

Éviter d’être l’ami ou le dictateur
Pour établir des relations de qualité avec les participants, il est primordial de comprendre que l’entraîneur n’est pas l’ami des jeunes, mais bien le responsable. Il est celui qui dirige, qui guide et qui encadre, mais sans exagération. Les ordres et une attitude trop rigide ne sont pas nécessaires.

L’AMI
• Il faut éviter de créer un lien trop intime avec les jeunes.
• Il est recommandé de ne pas faire de mauvaises blagues ou des conneries pour être cool.
• Il y aura toujours une distance entre l’entraîneur et les jeunes, et c’est cette distance qui va permettre la rigueur, le respect et la discipline.

LE DICTATEUR
L’entraîneur n’a pas à utiliser son pouvoir pour menacer, humilier ou ridiculiser. En exploitant négativement son pouvoir, l’entraîneur utilise des mots qui blessent, des remarques acerbes ou encore de la violence verbale.

Entre l’entraîneur trop contrôlant et trop permissif
C’est un défi quotidien pour tous les entraîneurs d’établir de saines relations avec les participants. Vouloir être trop contrôlant ou faire l’erreur d’être trop permissif pourra éventuellement nuire à la qualité des relations avec les jeunes.

[GDC_row]
[GDC_column size=”half”]
L’ENTRAÎNEUR PERMISSIF (trop mou)
• A peu ou pas de cadre précis.
• Perd le contrôle : le climat de travail dégénère, devient chaotique et tout le monde fait à sa tête.
• Est de moins en moins écouté et respecté.
[/GDC_column]
[GDC_column size=”half”]
L’ENTRAÎNEUR CONTRÔLANT (trop rigide)
• Accorde peu d’importance à ce que les jeunes ressentent.
• Blâme facilement les jeunes qui manquent des jeux.
• Crée un climat rigide et austère.
[/GDC_column]
[/GDC_row]

La précision dans les commentaires
Un entraîneur a à coeur le bien-être des participants quand il prend la peine de donner des commentaires plus explicites que généraux. Les jeunes se sentent soutenus quand l’entraîneur offre des commentaires qui veulent vraiment dire quelque chose !

Lorsque l’entraîneur est trop général dans ses commentaires ou ses exigences, il arrive souvent que les participants ne saisissent pas son message. La frustration et l’impatience s’installent peu à peu.

Il est souvent plus constructif d’insister sur une tâche, une directive, une habileté, une action précise ou un comportement que d’avoir un commentaire trop général, moins précis ou même blessant.

Print Friendly, PDF & Email