Défi Moi j’croque

Défi
23 au 27 mars 2020

Qu’est-ce que le défi «Moi j’croque» ?
Le défi «Moi j’croque» invite les élèves du primaire et du préscolaire à manger un maximum de fruits et de légumes par jour grâce à une thématique à la hauteur de leur imaginaire. Durant 5 jours, le défi suscite l’engagement de toute la famille à l’aide d’outils pratiques et originaux.

Objectifs du défi «Moi j’croque»
a) Faire penser et donner le goût de manger des fruits et des légumes.
b) Favoriser la consommation de fruits et de légumes aux couleurs variées.

La mission 2020
À peine de retour de la vallée Outoupousse, Myg et Gym sont en pleine séance de yoga lorsqu’ils reçoivent un appel inattendu de l’empereur Sashimi : ses chefs cuisiniers siamois, SAYO et NARA, ainsi que les ingrédients secrets pour préparer le sushi Ki’Ethyr ont disparu ! Cette recette vieille de 1500 ans est ce qui donne la fabuleuse souplesse à l’équipe nationale de sumos. À l’approche des qualifications nationales, c’est la catastrophe ! Ne reculant devant rien, Myg et Gym décident de lui porter secours et partent en mission pour le Japon. Que feront Myg et Gym ? Vous le saurez en participant à cette nouvelle aventure !

Plus qu’un simple défi !
En plus de constituer une excellente occasion pour toutes les écoles primaires de la région d’organiser des activités visant à donner aux jeunes le goût de consommer davantage de fruits et de légumes, le défi    «Moi j’croque» est aussi une occasion unique d’unir les forces des réseaux de l’éducation et de la santé pour amener les jeunes et leur famille à développer de saines habitudes de vie, tout en ayant du plaisir.

Chaque année, le défi «Moi j’croque» revêt une thématique différente permettant aux enseignants de créer un univers stimulant et motivant pour les jeunes. D’ailleurs, les élèves sont souvent impatients de connaître leur mission. Celle-ci est détaillée dans un guide qui les accompagnera toute la semaine.

Viser la variété et une alimentation riche en fruits et légumes
Pour s’arrimer avec les nouvelles recommandations du Guide alimentaire canadien (2019), les élèves seront appelés à manger des fruits et des légumes de couleurs variées. Il ne sera plus question de portions, mais bien de variété. Ainsi, qu’ils soient verts, jaunes, rouges ou bleus, maximiser la consommation d’une grande variété de vitamines et de minéraux. Sachant qu’ils jouent un rôle particulier et essentiel au bon fonctionnement du corps, il est donc astucieux de miser sur cette diversité !

De plus, la consommation d’eau sera mise de l’avant pour remplacer le jus et les autres boissons sucrées.

Coordonnateur

Benoit Lussier

Communications et saines habitudes de vie

blussier@monteregie.rseq.ca

450 463-4055 poste 104

Historique
C’est en 1984 que la Fédération du sport scolaire met sur pied le Gala d’excellence du sport scolaire pour souligner la contribution des intervenants du milieu.  À partir de 1987, les catégories ont peu à peu été modifiées pour accorder davantage d’importance aux mérites sportifs et scolaires des élèves athlètes.  Quant à  l’éthique sportive, elle figure au menu des récompenses depuis 1991.

Dans les premières années du gala, on remettait un ACTI aux lauréats. Ce trophée reproduisait le logo de Fédération du sport scolaire, symbolisant un enfant en mouvement, bras ouverts.  Peu après le regroupement des secteurs scolaire, collégial et universitaire, qui a mené à la création de la Fédération québécoise du sport étudiant, un nouveau trophée a été conçu.  C’est ainsi que le Sablon a été créé, en l’honneur du Père Marcel de la Sablonnière. Le Sablon est une œuvre en bronze conçue par l’artisan Jacques Lupuyo.  Il a été remis pour la première fois aux lauréats du gala en 1990.

Le Père Marcel de la Sablonnière
Le Père Marcel de la Sablonnière, ou le Père Sablon, comme l’appelaient ses amis, fut un précurseur des premières actions d’activités physiques et sportives en milieu d’éducation.  En 1945, la ligue intercollégiale de hockey fut l’une de ses premières réalisations.  Il a toujours eu pour rêve de s’occuper des jeunes et de les encourager dans leurs études par l’entremise de la pratique de l’activité physique et du sport. Il ne pouvait y avoir un meilleur modèle pour inspirer le trophée que le Sport étudiant remet à ses lauréats.