Jean Grimard: un bâtisseur passionné

0

Dans le cadre du 50e anniversaire du RSEQ Montérégie, nous vous présentons des reportages sur les bâtisseurs qui ont marqué l’histoire de l’organisation. Ce mois-ci, nous vous présentons Monsieur Jean Grimard, directeur général de l’Association de 1977 à 1988.

«Le sport, a été ma vie!». Voilà qui résume assez bien la passion d’un bâtisseur du RSEQ Montérégie, Monsieur Jean Grimard. Le diplômé de l’Université de Montréal en éducation physique s’est rapidement aperçu que le sport peut mener à des routes, parfois, inattendues.

Entraineur émérite de football, de basketball et de hockey, il a choisi, à l’âge de 30 ans, de tourner son regard vers un autre aspect du milieu sportif. En effet, on lui a proposé en 1977 de prendre les commandes de l’Association régionale du sport scolaire du Richelieu (ARSSR) à titre de directeur général.

«Je n’avais aucune idée dans quoi je me lançais. Je n’avais aucune expérience, mais j’ai appris les rudiments de l’administration, a avoué M. Grimard. Ce qui m’intéressait dans la proposition de Guy Giroux, c’était d’être au cœur de la gestion desw ligues sportives, des tournois et des championnats. Cela m’a amené à être en contact avec divers intervenants. Le territoire à couvrir était immense. C’était aussi un aspect qui m’interpellait. Aller voir les gens de la Montérégie», a-t-il poursuivi lors d’une intéressante rencontre dans un café achalandé de Saint-Jean-sur-Richelieu, en octobre dernier.

Monsieur Jean Grimard a été honoré lors de la Soirée du 50e anniversaire, le 7 novembre dernier.

De nombreux défis
À son arrivée, la structure de la jeune association était encore embryonnaire. Ses années d’expérience comme entraineur l’ont certainement aidé à développer les divers programmes de l’organisation.

«Au départ, le défi était de rassembler les gens et structurer les ligues. Je devais trouver des coordonnateurs et des arbitres. J’ai également dû bâtir des relations avec les dirigeants des commissions scolaires. Ça n’a pas été facile de les convaincre des bienfaits de la pratique du sport à l’école. En plus, il fallait établir l’identité de l’Association. Il y avait même des écoles qui se demandaient pourquoi elles étaient membres de notre organisation», a affirmé M. Grimard.

«J’ai regardé dernièrement le site web du RSEQ Montérégie. En ce moment, il y a quatre personnes qui s’occupent des activités sportives. Il y a une adjointe à la coordination, une agente de bureau à la comptabilité, un responsable des communications et une directrice générale. Pendant toutes mes années à l’ARSSR, je m’occupais de tout ça!», s’est-il exclamé.

De l’action et des victoires
Il aimait être sur le terrain, plus souvent comme partisan plutôt qu’à titre de directeur de l’Association. Il a ainsi eu l’occasion de décrire au microphone plusieurs championnats d’athlétisme et de football, au bon plaisir des spectateurs.

Étant un fier compétiteur qui déteste l’odeur de la défaite, il ne se cache pas d’avoir été un peu chauvin lors des championnats provinciaux.

«Nous aimions la victoire. Et nous avons gagné souvent! Il était fréquent de taquiner les directeurs des autres régions», a-t-il raconté avec un sourire en coin.

Le devoir accompli
Après 11 années à la barre de l’Association, Jean Grimard a tiré sa révérence avec le sentiment du devoir accompli. Il s’est dit fier d’avoir contribué à la mise sur pied d’un réseau performant et structuré, avec un bon nombre d’équipes et de participants. En 1988, l’Association régionale du sport scolaire du Richelieu comptait 236 équipes et près de 3000 élèves-athlètes.

«Je suis heureux d’avoir pu créer des liens solides avec l’ensemble des intervenants sportifs du milieu, particulièrement avec les associations d’arbitrage. Je crois avoir rassemblé les gens à la cause et développé le sentiment d’appartenance à l’Association. Le fait d’avoir unifié les écoles autour d’un même fonctionnement et de mêmes règles m’a apporté beaucoup de satisfaction», a souligné M. Grimard.

Selon Guy Giroux, ancien président de l’Association du sport scolaire du Richelieu, Jean Grimard a accompli un travail incroyable à la barre de l’organisation. «Jean a fait un gros travail de consolidation. Il a construit ça sur du solide. Il a été un collaborateur extraordinaire. Mes tâches sont devenues plus faciles grâce à lui», a-t-il révélé lors d’un entretien en août dernier.

Un engagement reconnu
Lors de son départ de l’Association, le South Shore Interscholastic Athletic Association lui a remis une plaque souvenir afin de reconnaitre l’excellence de son travail. Cette délicate attention témoigne bien des bonnes relations qu’il a su entretenir au fil des ans, particulièrement avec les communautés anglophones.

Jean Grimard a également été honoré, en 1988, au Gala d’excellence provincial de la Fédération pour son soutien au développement des programmes du sport scolaire.

«Je ne garde que de bons souvenirs de toutes ces années», a-t-il admis.

Un citoyen engagé
Le milieu sportif peut aussi générer des rebondissements à l’extérieur de la surface de jeu. À juste titre, il a été élu conseiller municipal à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu pendant 12 ans. «C’est le sport qui m’a mené à la politique», a-t-il précisé.

Fort de son expérience dans le sport en milieu étudiant, M. Grimard a aussi fait partie du comité organisateur de la 25e finale des Jeux du Québec, présenté à Saint-Jean-sur-Richelieu, en 1989.

Une vision d’avenir
Prenant une pause pour siroter son frappé à la mangue, il réfléchit. «Avec quelques années de recul, je m’aperçois que l’Association est devenue une affaire énorme! Je suis très impressionné par l’ampleur du sport étudiant en Montérégie. Si j’ai un souhait à faire pour le RSEQ Montérégie, c’est qu’il continue de promouvoir la pratique sportive, surtout au niveau primaire», a-t-il soutenu.

Un hommage mérité
Dans le cadre des festivités de son 50e anniversaire, le RSEQ Montérégie est fier de rendre hommage à ses bâtisseurs et tiens à les remercier pour leur contribution exceptionnelle à la mission de l’organisme.

Désormais, et à jamais, le nom de Jean Grimard sera gravé dans l’histoire du RSEQ Montérégie.

À propos du RSEQ Montérégie
Le RSEQ Montérégie (Réseau du sport étudiant du Québec)  est un organisme sans but lucratif qui regroupe l’ensemble des établissements d’enseignement affiliés de la région Montérégie.

Le RSEQ est un chef de file dans la promotion et le développement du sport et de l’activité physique en milieu étudiant – de l’initiation jusqu’au sport de haut niveau – et favorise ainsi l’éducation, la réussite scolaire et la santé des jeunes en Montérégie.

Engagée dans la promotion du sport à l’école auprès des 340 écoles primaires et 80 écoles secondaires, notre instance régionale encourage les établissements à mettre en place une offre de services sportifs parmi ses 19 disciplines. Elle coordonne, entre autres, plus de 1300 équipes et 25 championnats pour les 22 000 étudiants-athlètes de notre réseau.

Comments are closed.

Historique
C’est en 1984 que la Fédération du sport scolaire met sur pied le Gala d’excellence du sport scolaire pour souligner la contribution des intervenants du milieu.  À partir de 1987, les catégories ont peu à peu été modifiées pour accorder davantage d’importance aux mérites sportifs et scolaires des élèves athlètes.  Quant à  l’éthique sportive, elle figure au menu des récompenses depuis 1991.

Dans les premières années du gala, on remettait un ACTI aux lauréats. Ce trophée reproduisait le logo de Fédération du sport scolaire, symbolisant un enfant en mouvement, bras ouverts.  Peu après le regroupement des secteurs scolaire, collégial et universitaire, qui a mené à la création de la Fédération québécoise du sport étudiant, un nouveau trophée a été conçu.  C’est ainsi que le Sablon a été créé, en l’honneur du Père Marcel de la Sablonnière. Le Sablon est une œuvre en bronze conçue par l’artisan Jacques Lupuyo.  Il a été remis pour la première fois aux lauréats du gala en 1990.

Le Père Marcel de la Sablonnière
Le Père Marcel de la Sablonnière, ou le Père Sablon, comme l’appelaient ses amis, fut un précurseur des premières actions d’activités physiques et sportives en milieu d’éducation.  En 1945, la ligue intercollégiale de hockey fut l’une de ses premières réalisations.  Il a toujours eu pour rêve de s’occuper des jeunes et de les encourager dans leurs études par l’entremise de la pratique de l’activité physique et du sport. Il ne pouvait y avoir un meilleur modèle pour inspirer le trophée que le Sport étudiant remet à ses lauréats.

Athlétisme
Badminton
Ballon sur glace
Baseball
Danse sportive
Escalade
Escrime
Flag-football
Flag-rugby
Futsal
Golf
Gymnastique
Hockey cosom
Intercrosse
Judo
Karaté
Kin-ball
Minibasketball
Minihand
Minivolley
Natation
Patinage
Patinage de vitesse
Planche à neige
Ringuette
Ski de fond
Sports cyclistes (février 2020)
Tennis
Tir à l’arc (mars 2020)
Triathlon/Duathlon
(Les activités proposées sont adaptées à la réalité d’un gymnase. La piscine n’est pas obligatoire.)

Ultimate frisbee

Félicitations à nos écoles certifiées pour l’année scolaire 2018-2019

Commission scolaire des Grandes-Seigneuries
École Saint-Jude
École Vinet-Souligny
École secondaire St-François-Xavier

Commission scolaire des Hautes-Rivières
École de Ramezay
École Hamel
École des Prés-Verts

Commission scolaire Marie-Victorin
École de La Mosaïque
École des Saints-Anges
École Samuel-de-Champlain
École secondaire Jacques-Rousseau
École secondaire André-Laurendeau

Commission scolaire de Saint-Hyacinthe
École Au Cœur-des-Monts

Commission scolaire du Val-des-Cerfs
École de la Haute-Ville
École Eurêka
École Saint-Joseph (Granby)

Commission scolaire des Patriotes
École Au Fil-de-l’Eau
École de Bourgogne
École Jolivent
École Le Tournesol
École secondaire du Grand-Coteau
École secondaire Le Carrefour

Institutions privées
Collège Charles-Lemoyne
Collège Durocher St-Lambert
Collège Français (primaire)
École Vision
La Petite Académie du Boisé

Des modifications aux règlements

Dans les premières années, le temps de jeu en benjamin se présentait comme suit : quatre quarts de huit minutes. Le premier et le troisième quart étaient non chronométrés tandis que le deuxième et le quatrième quart étaient chronométrés. Cette règle était encore en fonction en 1995-1996. La défense homme à homme était obligatoire pour les benjamins et les cadets.

Par ailleurs, la règle des 30 secondes a été appliquée, à l’essai dans la catégorie juvénile, lors de la saison 1982-1983. Le temps de jeu des joueurs juvéniles était composé de deux quarts de 20 minutes non chronométrées, sauf dans les deux dernières minutes de la partie, avec le temps arrêté aux lancers francs.

En 1991-1992, en juvénile, seule la défense homme à homme devait être appliquée en 1re demie. Lors du second engagement, les équipes pouvaient utiliser la stratégie défensive de leur choix.

D’autres modifications importantes aux règles de jeu sont survenues : le chronomètre de lancer de 30 à 24 secondes; un maximum de huit fautes par demie donnait un lancer franc. Si le lancer était réussi, le joueur obtenait un 2e tir. Puis, pour dynamiser le rythme de la partie, la possession alternée a remplacé les entre-deux.

Plus récemment, les lignes de terrain ont été modifiées (2011) et la règle du 14 secondes au rebond offensif a été mise en place en 2014.

Gymnastique - 1971

La Revue de Terrebonne, jeudi 6 mai, 1971, page 15

Gymnastique - 1977

La Presse Rive-Sud, mardi 17 mai 1977, page 27

Gymnastique - 1997

La Presse Rive-Sud, jeudi 5 mai 1977, page 18

Badminton - 1977

La Presse Rive-Sud, jeudi 5 mai 1977, page 19

Graham Neil est l’auteur d’un ouvrage de référence en handball (1976).

Équipe masc handball

L’équipe olympique masculine de 1976.

Équipe

L’équipe féminine olympique de 1976.

Christian Latulippe, entraineur de l’équipe nationale féminine des États-Unis et de la formation masculine de Grand Poitiers, en France.

Des résultats publiés le 2 janvier 1979 dans La Presse Rive-Sud à la page 14

Le Nouveau Clairon, 16 avril 1975, page 10

Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 4 mai 1977, cahier E

Michel Charron

Formulaire de demande de modification aux règlements

Championnat provincial d'athlétisme extérieur
Année Position au classement combiné
1969 1er
1970 N.D.
1971 N.D.
1972 2e
1973 2e
1974 3e
1975 1er
1976 5e
1977 3e
1978 7e
1979 2e
1980 2e
1981 3e
1982 1er
1983 2e
1984 1er
1985 1er
1986 1er
1987 3e
1988 2e
1989 1er
1990 1er
1991 1er
1992 1er
1993 1er
1994 1er
1995 1er
1996 1er
1997 1er
1998 1er
1999 1er
2000 1er
2001 1er
2002 Championnat annulé
2003 1er
2004 1er
2005 1er
2006 2e
2007 1er
2008 1er
2009 1er
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 2e
2018 1er
2019 1er
2020 Championnat annulé

Championnat provincial d'athlétisme en salle
Année Position au classement combiné
1991 N.D.
1992 2e
1993 4e
1994 N.D.
1995 5e
1996 8e
1997 N.D.
1998 7e
1999 8e
2000 7e
2001 N.D.
2002 5e
2003 2e
2004 5e
2005 4e
2006 2e
2007 1er
2008 1er
2009 1er
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 Championnat annulé
2018 1er
2019 2e
2020 Championnat annulé

Championnat provincial de cross-country
Année Position au classement combiné
1972 3e
1973 2e
1974 N.D.
1975 N.D.
1976 5e
1977 5e
1978 6e
1979 3e
1980 5e
1981 4e
1982 N.D.
1983 1er
1984 4e
1985 1er
1986 2e
1987 4e
1988 2e
1989 2e
1990 3e
1991 1er
1992 1er
1993 1er
1994 2e
1995 1er
1996 1er
1997 1er
1998 1er
1999 1er
2000 2e
2001 1er
2002 1er
2003 1er
2004 1er
2005 1er
2006 2e
2007 2e
2008 N.D.
2009 2e
2010 1er
2011 1er
2012 1er
2013 1er
2014 1er
2015 1er
2016 1er
2017 1er
2018 2e
2019 3e

Archives de la Ville de Montréal, 1969

Selon les données du RSEQ

Selon les données du RSEQ